MENU

Les concours paramédicaux : un bilan plus que positif !

Interview de Jacky Pohu, responsable pédagogique des formations scientifiques et paramédicales à l’IRSS.

A quelques jours des premiers concours 2017, pouvez-vous revenir Monsieur Pohu sur vos derniers résultats obtenus c’est à dire ceux de 2016 ?

86% de réussite pour la promotion 2015-2016 sur un effectif de 124 étudiants en prépas psychomotricien, ergothérapeute, manipulateur radio, orthoptiste et pédicure-podologue ! Un score dans la lignée des années précédentes, qui permet une nouvelle fois à l’IRSS d’être très représenté dans les différentes écoles françaises.

Un tel succès doit vous amener de plus en plus de candidats chaque année…  

Il est vrai que ces taux de réussite très élevés attirent de nombreux jeunes chez nous. Pour preuve, notre effectif a augmenté de 47% cette année et ce, malgré la suppression du concours manipulateur radio. A noter également que de nombreux candidats initialement intéressés par la profession de kiné ont fait le choix suite à la transformation de ce concours désormais intégré au parcours PACES, d’une prépa de type psychomotricien ou ergothérapeute.

Mais ne risquez-vous pas de perdre en qualité ce que vous gagnez en quantité ?

En cette période de l’année, ce sont 182 étudiants de l’IRSS qui s’apprêtent à tenter leur chance aux concours d’entrée en école de psychomotricien, ergothérapeute, orthoptiste, ou pédicure-podologue… et nous misons plus que jamais sur la réussite de nos étudiants à l’issue d’une année totalement consacrée à la préparation minutieuse aux concours. Notre connaissance des épreuves, notre rigueur et notre exigence, notre modèle pédagogique ainsi que la motivation des élèves que nous retenons, justifient pleinement notre confiance à quelques jours des concours.

Et comment expliquez-vous un tel intérêt de la part de nos jeunes pour les professions paramédicales, Monsieur Pohu ?

Les chiffres témoignent en effet d’un intérêt croissant pour les professions paramédicales et la motivation dont font preuve nos étudiants durant leur année de prépa à l’IRSS ne fait que confirmer cette tendance. J’ajouterai qu’à elles seules, les quatre professions précitées proposent quand même 52 concours pour plus de 2000 places ! Autant dire que cela ne peut laisser insensible et que les chances d’intégrer un cursus paramédical sont très élevées après une année de prépa chez nous.

Vous voulez dire qu’il est possible pour un grand nombre d’exercer une profession dans le secteur de la santé sans devoir affronter la très exigeante épreuve du concours PACES ?

En effet. De nombreux étudiants redoutent tellement l’échec à l’entrée en médecine qu’ils envisagent de plus en plus une orientation qui leur permettra d’atteindre un objectif professionnel dans le secteur paramédical et le choix de notre prépa s’offre à eux. Cela s’adresse aussi bien d’ailleurs aux jeunes dès l’obtention du Bac qu’aux étudiants en réorientation PACES.

Et comment se présente l’année 2017-2018 ? Des innovations à prévoir ?

Tous les ans à pareille époque, notre réflexion s’oriente vers le renforcement de notre modèle pédagogique et la mise en place de nouvelles actions. Ces dernières années furent riches en innovations :

  • mise en place des Grands Défis,
  • enseignement renforcé destiné à un public de bacheliers « non S » dans certaines de nos formations,
  • atelier de gestion mentale pour optimiser les méthodes de travail et de mémorisation…

Et nous continuons encore de rechercher les outils qui nous permettront de progresser et de favoriser la réussite de nos élèves.  Ainsi, à partir de la rentrée prochaine, les étudiants pourront travailler leur confiance dans un atelier intitulé “Identifier, comprendre et maîtriser son stress” où nous mettrons à disposition des élèves des outils et des techniques de préparation mentale utilisés par des sportifs de haut niveau avant les grandes compétitions. Encore un outil de développement personnel qui favorisera la performance et la réussite de nos élèves…