Les taux de réussite pour les concours orthophonie 2015 : les 50 % dépassés !

Interview d’Olivier Perche, responsable pédagogique des formations orthophonie à l’IRSS.

Comme chaque année l’IRSS publie ses résultats aux concours orthophonie. Quels sont ceux de 2015 ?

Sur 165 étudiants de l’IRSS, 83 ont intégré une école… soit 50,3% de réussite pour le cru 2014-2015. Un résultat conforme aux autres années, mais dans un contexte où le concours devient plus difficile à cause de candidats toujours plus nombreux et mieux affûtés. Un chiffre dont se félicitent bien évidemment nos élèves, mais aussi toutes les équipes, qu’elles soient enseignantes, encadrantes ou administratives.

50,3%… C’est un taux très élevé pour un concours aussi sélectif ! On va vous provoquer un peu, Monsieur Perche, on dit qu’il est très facile d’arranger les chiffres sur les taux de réussite d’un tel concours…Qu’en pensez-vous ?

Nos étudiants inscrits l’an passé, dont certains ont souhaité effectuer une deuxième année chez nous, seraient les premiers à crier au scandale devant une telle mystification. La politique de l’IRSS a toujours été de jouer le jeu de la transparence et ce n’est pas aujourd’hui que notre établissement faillira à sa réputation.
La particularité des 50,3% de l’IRSS ? D’abord ils sont véridiques, ce qui suffit à les rendre exceptionnels dans un secteur où l’exagération des pourcentages de réussite est souvent de mise et où le taux de réussite moyen en France varie entre 9 et 11%. Les plus dubitatifs pourront d’ailleurs consulter la liste de nos admis ainsi que l’école qu’ils ont choisie (liste des admis en 2015).

Vous augmentez un peu vos effectifs chaque année. Ne risquez-vous pas de perdre en qualité ce que vous gagnez en quantité ?

Non, parce que nous restons dans le même étiage tous les ans, autour de 50%. Au-delà du pourcentage, c’est le nombre qui impressionne. 83…  Avec un numerus clausus situé à 800 étudiants intégrant une école chaque année, plus d’un orthophoniste français sur 10 sort de la prépa concours de l’IRSS… Nous ne sommes pas peu fiers d’alimenter ainsi tous les établissements de France !

On dit que vous sélectionnez les meilleurs dossiers. Facile d’avoir de bons résultats dans ce cas…

Doublement faux : d’abord parce que les dossiers ne sont pas seulement retenus sur le critère des résultats, mais aussi sur ceux de la motivation et de la personnalité ; ensuite parce que, depuis quatre ans, avec l’équipe de professeurs, nous avons considérablement renforcé notre modèle pédagogique, ce qui nous permet aujourd’hui d’intégrer et de faire réussir des élèves que nous n’aurions peut-être pas acceptés il y a 3 ou 4 ans à l’IRSS.

L’IRSS, ce n’est pas une prépa réservée à l’excellence mais l’excellence proposée pour chacun.

C’est donc au renforcement du modèle et à la qualité de l’équipe pédagogique que vous attribuez ces résultats impressionnants ?

Oui. Ces résultats ne doivent rien au hasard. Ils sont le fruit d’un souci constant de coller aux réalités des concours, à une préparation minutieuse, structurée autour de 3 axes forts : une organisation au millimètre qui dispense les bons contenus selon le bon timing ; une méthodologie de l’apprentissage tournée vers des pédagogies innovantes (« apprendre à apprendre ») ;  un coaching fondé sur la sérénité et la bienveillance (proximité des enseignants, encouragements, organisation des travaux de groupe, tutorat, organisation des hôtels et des cars pour les principaux concours…)  mais qui ne cède rien à la rigueur et l’exigence (concours blancs et classements hebdomadaires, impératif de travail).

Comment envisagez-vous cette année 2015-2016 ?

Bien entendu nous recherchons, encore et toujours, les outils qui nous permettront de progresser : journée de pré-rentrée, « Les Grands Défis de l’IRSS« , gestion mentale, tutorat, « marrainage »  autant d’innovations qui, d’année en année, permettent à l’IRSS d’obtenir des résultats à coup sûr les meilleurs de France. Cette année les enseignants et nos élèves semblent décidés à faire de la promo 2015-2016 un cru encore meilleur… Nul doute que tous ensemble nous saurons relever ce défi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire S'inscrire