Rencontre avec Valérie L , cadre de santé et jury de concours d’entrée en IFSI

En janvier,  IRSS Rennes recevait Valérie L., cadre de santé et jury de concours en IFSI. Son témoignage et ses conseils pour préparer l’oral de concours en IFSI, en AS ou en AP ont été appréciés des étudiants. Valérie a consenti à se prêter au jeu de l’interview. 

  •  Vous êtes désormais cadre de santé. Pouvez-vous nous dire en quoi consiste cette profession ?

Le cadre de santé c’est le capitaine du navire, il est garant de la qualité des soins donc responsable à plusieurs titres.

Il a un rôle de manager de l’équipe ; il doit être attentif à chacun, repérer les difficultés éventuelles, recadrer les professionnels qui n’ont pas de réponse adaptée auprès du patient par exemple, mais aussi et surtout valoriser et encourager car les soignants sont plein d’initiatives au quotidien.

Il a un rôle d’organisateur des soins et du rôle de chacun dans la concertation avec son équipe. L’ l’IDE (infirmier diplômé d’Etat) est le mieux placé pour dire quelle est l’organisation optimale de sa tournée de médicaments par exemple. Mais c’est le cadre de santé qui décide des horaires.

Il  a un rôle de contrôleur de la qualité des soins et des prestations attendues. Il veille au respect des règles d’hygiène et d’asepsie, mais aussi à la gestion des stupéfiants… En cas d’erreur, il doit analyser le dysfonctionnement. Il doit en parler à la personne concernée et sensibiliser à nouveau son équipe.

Il a un rôle institutionnel pour mener à bien des projets qui vont concerner l’ensemble des services de l’hôpital (informatisation du dossier de soins patient par exemple).

Il a un rôle pédagogique auprès des étudiants mais aussi de l’équipe pour qu’elle s’investisse dans l’encadrement des stagiaires.

Il a un rôle de médiateur auprès des familles notamment.

Il a enfin un rôle de collaborateur avec les médecins du service avec lesquels il met en œuvre le projet de service.

  •  Vous étiez infirmière. Pourquoi avoir eu envie de devenir cadre ?

En ce qui me concerne j’y suis arrivée par une expérience de pédagogie. En effet infirmière de secteur psychiatrique de formation initiale, j’ai rejoint un IFSI en tant que formatrice quelques années après la mise en place du programme de 1992 qui unifiait les deux formations infirmières diplômées d’état et infirmière de secteur psychiatrique, ce qui a constitué une révolution culturelle dans le monde professionnel. Après une expérience de « faisant fonction de cadre formateur »,  j’ai passé le concours et, à l’issue de mon diplôme, j’ai pu continuer en pédagogie. Au bout de 13 années passionnantes passées auprès des étudiants, j’ai eu envie de diversifier mon travail et je me suis lancée dans un nouveau projet professionnel.

Les motivations pour être cadre sont en lien avec le désir d’avoir de l’impact sur les organisations, qu’il s’agisse de pédagogie ou de management d’une équipe. Il faut dans les deux cas avoir envie de faire évoluer les choses, d’accompagner l’Autre, qu’il soit étudiant ou professionnel. Et puis il faut être animé par le désir d’appartenir à une institution en constante évolution, qui propose aussi des missions passionnantes à mener. Il faut aimer être dans l’anticipation : quel sera l’hôpital de demain ? Comment s’y préparer ?

  • Valérie, vous êtes jury depuis de nombreuses années. Quels conseils donneriez-vous aux candidats qui passent les concours d’entrée en IFSI, en Aide Soignant ou en Auxiliaire de Puériculture ?

D’abord venez avec quelque chose à dire ! Quelle que soit votre expérience, montrez au jury qu’elle vous a permis de réfléchir… bannissez « j’ai fait un stage, c’était très intéressant… » Mais racontez au jury les situations que vous avez rencontrées, comment vous avez concrètement aidé les gens. Qu’est-ce qui vous a plu ? Comment vous êtes-vous projeté en tant que futur professionnel (il y a des gens à qui on a envie de s’identifier) ? Quelles questions vous êtes-vous posées ? Vous ne savez pas déjà tout et ne savez pas tout faire… alors énoncez ce dont vous avez besoin, ce que peut vous apporter la formation.

Et sans nier les contraintes de ces professions, n’ayez pas un discours négatif sur les horaires, la charge de travail, le manque de personnel, vous ne faites là que relayer des stéréotypes. Partez de votre vécu et dites ce qui vous anime réellement car ce sont des métiers de passion et d’idéal qu’il faut avoir chevillé au corps en arrivant dans la carrière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire S'inscrire