Les futur(e)s orthophonistes visent le haut niveau pour la certification Voltaire !

180 étudiants d’IRSS inscrits en préparation aux sélections dans les UFR d’orthophonie ont planché simultanément ce lundi sur les questions du certificat Voltaire. Un premier test « officiel » (avant de commencer les concours) dans lequel les candidats ont pu valider leur niveau d’orthographe. Selon les performances déployées lors de cet exercice, les étudiants obtiendront un « score » valorisable sur leur CV et Parcoursup : orthographe « technique » pour les plus faibles, « professionnelle » pour les mieux aguerris, « affaires » pour les champions du subjonctif… Mais au regard des acquis validés durant l’année à IRSS, chacun n’avait qu’un objectif en tête durant cette épreuve : atteindre le Graal, le score passant au-delà des 900 points, autrement dit le niveau « expert » !

Le certificat Voltaire : la maîtrise des fondamentaux linguistiques attestée

Ce n’est un secret pour personne : orthographe et syntaxe sont aux abonnés absents des programmes scolaires… Le niveau moyen baisse inexorablement et les notes obtenues dans les matières littéraires au lycée (voire au bac…) n’attestent plus d’une maîtrise des fondamentaux linguistiques…  Le certificat Voltaire permet précisément de pallier cette carence et d’attester une maîtrise de la langue française qu’employeurs et établissements du supérieur réclament désespérément !

L’examen du certificat se déroule en 2h30 environ : après la lecture de phrases simples sous forme de dictées, les candidats doivent plancher sur 195 questions d’orthographe (surtout grammaticales) sous forme de QCM : les premières relativement faciles ; les dernières, plus subtiles et littéraires. Le test est fort bien élaboré, portant sur des énoncés assez simples et pratiques : il s’agit nullement d’un « jeu », comme les concours d’orthographe du type « Dico d’or » ont su en inventer, mais bien d’un test pensé pour s’adapter aux réalités du monde professionnel et des études supérieures. Les questions portent moins sur les problèmes d’usage que sur la grammaire : elles appellent de ce fait des aptitudes à la compréhension et à l’analyse. En bref ce qu’on est en droit de demander à un étudiant évoluant au-delà du baccalauréat…

Un bon score au certificat Voltaire : un plus intéressant pour Parcoursup

Les étudiants d’IRSS tenaient à valider un score pour accréditer leur niveau linguistique auprès des universités : en plus des concours orthophonie préparés pour les zones Sud-Ouest et Nord-Est, ils entendaient ainsi nourrir leur dossier pour les sélections via Parcoursup. Un bon niveau au projet Voltaire atteste d’une compétence syntaxique et orthographique de bon (voire de haut) niveau : une aubaine pour bonifier le dossier dans la phase d’admissibilité.

Les attendus nationaux formulés dans Parcousup sont très clairs à ce sujet : l’étudiant devra « disposer d’une solide maîtrise de la langue écrite et orale. [il] devra développer une excellente capacité à communiquer à l’oral et à l’écrit, de manière claire et adaptée. » La maîtrise de la syntaxe et de l’orthographe n’est qu’une des facettes de cette compétence clé liée à la langue : elle n’en reste pas moins fondamentale et conditionne toutes les autres (compréhension, analyse).

Désormais les élèves continuent à préparer leur dossier tout en fixant leurs efforts sur l’objectif concours qui se déroulera en avril. Cette première étape les a mis en confiance pour les futures échéances !

Pour en savoir plus 

La préparation aux sélections en Orthophonie 

Le stage Passerelle Sup Orthophonie 

Le certificat Voltaire

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux : FacebookInstagramTwitter et Linkedin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire S'inscrire