Témoignage d’Amel – Prépa Orthophoniste

Témoignage d’Amel, prépa orthophoniste doublant, IRSS de Rennes 2013-2014

Combien de concours avez-vous passés ? Lesquels ?

Cette année, j’ai passé 9 concours. Je précise que c’est ma deuxième année de préparation, car la première année j’avais passé 13 concours. L’année d’après, j’ai pu davantage choisir les concours que je passerai, en fonction de mes préférences et de mes faiblesses dans certaines épreuves.

Combien vous reste-t-il à passer ?

Il ne m’en reste plus ! Je suis admise à Paris, c’est le premier résultat. Par contre je vais passer d’autres oraux, Toulouse et Nantes.

Comment avez-vous trouvé la difficulté des concours par rapport à l’année dernière ?

Je la trouvais aussi rude ! Après, au vu de mes résultats, je pense que je surestimais le niveau des autres candidats car en sortant des épreuves j’étais très loin de la certitude d’être admissible. Par contre, j’étais plus sûre de moi dans les réponses que je connais, je maîtrisais davantage l’orthographe et le vocabulaire par exemple.

Dans quel état d’esprit, de fatigue et de stress êtes-vous ?

Étant donné que l’oral de Paris a lieu très tôt (le 28 avril), contrairement aux autres oraux, je n’ai pas du tout eu le temps de prendre une vraie pause entre les épreuves d’admissibilité et l’oral de Paris. Je n’ai vraiment rien lâché jusqu’à l’oral de Paris, donc là, je suis lessivée!!! D’autant que le fait de savoir que je suis admise définitivement augmente ce laisser-aller je pense !

Avez-vous des conseils à donner aux futurs étudiants qui passeront les concours l’année prochaine ?

NE RIEN LÂCHER !!! S’ENTRAIDER !!! C’est dur, moralement notamment, mais il faut y croire jusqu’au bout !!! En sortant de chaque concours pratiquement, je m’apercevais de toutes les erreurs que j’avais faites, mais finalement compte tenu de mes résultats, ça ne veut rien dire du tout. L’entraide est primordiale, je crois que je n’aurai pas réussi si j’avais été seule. Mutuellement on se remontait le moral, on travaillait ensemble ! Je trouve que c’est vraiment une belle expérience humaine !

 Avez-vous une anecdote à me raconter ?

Une anecdote pas particulièrement, mais une quantité de bons souvenirs avec mes amies, les nombreux fous rires sur la route des concours, les derniers mots encourageants, avant de se quitter pour entrer dans les salles de concours.
Pour avoir fait deux années de préparation au concours, malgré ce que l’on pourrait penser, il y a une réelle différence entre ces deux années; nous avons déjà tous les outils en main en deuxième année, on connaît véritablement ses lacunes, le tout est de travailler dur, encore. Mais si c’est vraiment le métier que l’on souhaite faire, il ne faut pas hésiter à retenter autant de fois qu’on le peut !!!!
Je garde de très bons souvenirs de ces deux années de préparation (c’est plus facile à dire, lorsque l’on est sûre d’être en école l’année prochaine, certes). Mais comme je le disais précédemment, je prends vraiment ces deux années comme une expérience humaine, tout ce que l’on vit, on le vit intensément, les émotions sont exacerbées. Entre les camarades de classe, on a appris à se connaître très profondément et nous sommes devenues de très bonnes amies !!!

Amel : admise à Paris et admissible à Caen, Amiens, Nantes, Toulouse.

S'inscrire S'inscrire