Le sport dans les concours de sous-officier de gendarmerie et de gardien de la paix : des parcours éprouvants pour sportifs accomplis !

Courir, sauter, porter, ramper, soulever, pousser… les épreuves sportives des concours des métiers de la sécurité publique mettent les organismes à rude épreuve ! Fortement coefficientées lors des admissions finales, elles constituent pour de nombreux candidats un obstacle difficile à franchir.

Olivier Prié, formateur et coach sportif au sein d’IRSS, en détaille les points clés et prodigue ses conseils de professionnel.

  • Bonjour M. Prié. Vous êtes référent pour la partie « sport » des épreuves des concours de Sous-officier de Gendarmerie et Gardien de la Paix à IRSS. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consistent les épreuves de chacun de ces concours ? 

Les épreuves physiques de Sous-Officiers de Gendarmerie sont organisées avec les épreuves admission finale, quand le candidat a réussi ses épreuves écrites d’admissibilité.  Elles sont comptabilisées coefficient 3 et forment 3 ateliers indépendants :

  • Le parcours d’habilités motrices avec différents obstacles à franchir (haies, escalier, tapis, …). Le parcours est chronométré et à répéter 6 fois.

  • La simulation de combat avec une charge (H : 36kg/F : 25kg) que l’on doit tirer ou pousser grâce à un système de poulie et des mouvements de chute au sol en pompe ou sur le dos enchainés.

 

  • Le porté de sac que l’on doit effectuer sur 15m avec un sac lesté de 25 kg pour les femmes et 45 kg pour les hommes.

Le sport lors des concours Gardien de la Paix est lui aussi organisé après les épreuves d’admissibilité écrites et possède un coefficient 3. Mais il est totalement différent de celui des gendarmes dans son esprit et son organisation. Il s’agit d’un parcours que l’on ne réalise qu’une fois (mais qui comporte plus d’ateliers) et un test de course à pied navette appelé Tests de Luc Léger.

  • Quelles sont les qualités « physiques » recherchées au travers de ces tests ? 

Tout d’abord des qualités mentales !  Sans volonté effective, les candidats se désengagent assez facilement…  Nous travaillons donc sans cesse sur la motivation, en rappelant les objectifs fixés. Concernant le « physique » il faut bien sûr des bases d’endurance cardio-vasculaire (du footing au travail fractionné), des capacités musculaires satisfaisantes (force, vitesse, puissance, résistance aux efforts lactiques et souplesse) et de bonnes aptitudes motrices (coordination gestuelle). Il faut bien « se connaitre » et accepter de chercher ses limites. L’objectif à atteindre est celui d’un concours : il faut toujours donner le meilleur de soi-même ! Meilleures sont les performances, meilleure sera la note.  Il faut également savoir gérer ses efforts pour « aller au bout » de ses capacités et être capable d’enchaîner les ateliers, les situations, les exercices, les épreuves.

  • Quelles sont les principales difficultés auxquelles se heurtent les candidats lors des épreuves sportives de ces concours ? 

Les étudiants qui ne sont pas préparés dans une structure comme IRSS éprouvent 5 difficultés majeures :

  • un manque de condition physique initiale (1) ;
  • une méconnaissance des attendus de l’épreuve (2) ;
  • un plan de préparation physique mal conçu et désordonné (3) ;
  • un manque de moyens matériel pour s’y préparer (4) ;
  • et parfois un relâchement de la motivation au cours de la phase d’entraînement (5).

 

  • Comment formez-vous vos étudiants au sein d’IRSS pour les préparer à ces épreuves ? 

Pour répondre aux différents points précédents (1 à 5), les formateurs défense et sécurité publique (DSP) d’IRSS ont pu analyser les comportements  des candidats et développer les moyens à mettre en œuvre.

Nombreux sont les candidats qui pensent que pratiquer un sport régulièrement leur permettra d’accéder à ces tests. Mais chaque sport développe des qualités physiques spécifiques… Or dans le cas des tests du concours de Sous-officier de gendarmerie et de gardien de la paix, c’est la POLYVALENCE qui fait loi. Il faut donc pratiquer certaines activités physiques particulières pour développer le potentiel de base et ensuite approfondir l’entrainement en utilisant des méthodes  ou des techniques spécifiques aux ateliers proposés.

Un second point concerne l’investissement à l’entrainement : un candidat seul ne peut idéalement s’entraîner à son maximum faute de connaissances, d’expérience, de moyens matériels ou de temps… Sans compter la motivation, parfois fluctuante. A IRSS les séquences d’entraînement sont programmées, encadrées, progressives et adaptées.

Enfin il apparaît qu’au-delà des entraînements techniques et physiques programmés, les évaluations formatives et les mises en situation de concours blancs sur les épreuves sportives DSP placent les candidats dans une situation idéale avant les concours réels : ils y retrouvent l’ambiance, les temps d’attente, les appels, « le stress », la présence de jurys évaluateurs….comme le jour J.

Une planification précise et progressive adaptée au groupe,  mais également à chaque stagiaire, en fonction de ses points forts ou de ses points à remédier permet d’obtenir d’excellents résultats.

  • Quels conseils donneriez-vous à des candidats qui voudraient s’entraîner pour les prochaines sessions ? 

Tout simplement ce que nous conseillons à chaque Journée Porte Ouverte ou à chaque Forum lorsque nous rencontrons des candidats potentiels :

Avant d’intégrer IRSS pour se préparer aux concours Défense et Sécurité Publique, la base d’entrainement physique personnel est :

  • Pratique de la course à pied régulière en augmentant les distances (ou VTT, natation mais à un rythme soutenu)
  • Renforcement musculaire (pompes, gainage, tractions, …)
  • Étirements (augmenter sa souplesse de base)
  • Quelques pratiques loisirs complémentaires en sports collectifs et/ou activités de plein air…

Ensuite, à IRSS, ce sont les formateurs qui se chargeront de la programmation et de l’encadrement des séances. Ils pourront  également d’envisager avec chaque candidat  la mise en place d’une préparation adaptée en fonction des pratiques sportives personnelles ou des difficultés rencontrées par chacun.

Pour en savoir plus

La prépa Gendarme 

La prépa Gardien de la Paix 

Les prépas Défense et Sécurité Publique 

 

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux : FacebookInstagramTwitter et Linkedin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire S'inscrire